Sur cette page, vous découvrirez plusieurs de nos projets antérieurs.

 

 

Projets et références

Réalisation 2012 / Suresnes Sur VOTRE balcon
Photoshop Coupe avec élévation-ouvrir le PDF
"Jardins des sensations" CONCOURS CHAUMONT SUR LOIRE 2013.
Pierre Sébastien Kunztman et Frédérique Dupin Mazel
A3 IMP.pdf
Document Adobe Acrobat [17.6 MB]
« Jardins des délices, jardins des délires », édition 2012
CHAUMONT.pdf
Document Adobe Acrobat [1.4 MB]

Osez la couleur et le contraste des matériaux

Commande Suresnes 92 - JUIN 2011

CHANTIER

"Chut, ça pousse ! " Mars 2011 - Paris 16 ... De nouvelles images 1 an plus tard !

Concours ouvert par le CAUE de la Sarthe

" ABRI A BRICOLES " En cours (Janvier 2011)

Panneau présentation format A2
Cliquer sur PDF
A2.pdf
Document Adobe Acrobat [6.3 MB]

"Abri à bricoles", "Petites machines à habiter" ...

 

Mise en bouteilles !

APPROCHE

1 / Parti pris architectural et paysager

Le parti architectural et paysager retenu est la simplicité des formes et des matériaux, mêlés à la végétation spontanée des écosystèmes présents. Il s'inscrit dans la perspective d'un projet plus large défini par le caue de la Sarthe d'expérimenter des « Petites Machine à Habiter », de nouvelles façons d'habiter et d'humaniser nos paysages.

Les menaces sur le milieu vivant ont fait naître de nouveaux regards, ceux des naturalistes, des écologistes, des poètes, des citadins à la recherche de leur racines ...

Soyons, chacun « le jardinier de notre planète » !

La forme cubique est souvent perçue comme monotone, cependant elle rationalise l'utilisation de l'espace en l'optimisant. Nous l'avons laissée se dilater, s'ouvrir en un angle généreux qui transgresse les limites et offre au regard une respiration. Des bandeaux de lumière aérent la structure. Des brins de saules plantés en limite de façade, atténuent la verticalité et la rigidité des parois. Cette fusion entre bois des planches et végétal évolue au fil des saisons et dans le temps. L'utilisation de différentes espèces de saules permet des variations de couleurs des écorces en hiver, des chatons au printemps et du feuillage en été.

Nous proposons une combinaison des abris qui permet sur quatre parcelles de ménager un espace de rencontre entre les habitants. Un cheminement piéton, ponctué de zones ombragées par des pergolas (entre les abris en vis à vis) qui jettent des ponts d'une rive à l'autre, crée du lien social. Un espace plus intime est ménagé sur le côté, prolongement du socle qui accueille le cabanon.

 

2 / Point de vue environnemental

L'un des objectifs est de permettre aux insectes et à la flore sauvage locale de s'implanter au milieu des aménagements humains afin d'en réduire l'impact. Nous préconisons pour augmenter la densité de cette colonisation, la mise en place de niches (d'hôtels) à insectes et d'une toiture accueillant la biodiversité. Sur le toit, des fonds (percés) de bouteilles d'eau en plastique récupérées, serviront de réceptacles à la végétation herbacée. Une gouttière confectionnée de bouteilles, découpées longitudinalement et transversalement, encastrées les unes dans les autres et agrafées, en fin de pente (2%) permet d'acheminer l'eau de pluie excédentaire vers un tonneau  au dos de  l'abri. L'économie des ressources naturelles et de réduction de production de déchets de construction ou de fonctionnement fait également partie de nos objectifs.

A l'extérieur, les palettes de bois permettent de garder les pieds au sec mais hébergent aussi les petits animaux du jardin dans ses interstices. Il suffit de les recouvrir en hiver de feuilles mortes séchées et de branchages

- déchets de taille - pour camoufler et isoler du froid, de glisser à l'intérieur de la paille fine, du foin ...

Des briques perforées en terre cuite sont posées sur la tranche, sous les palettes (plancher du cabanon).

De manière très ordonnée de petits « arrangements éphémères » : des fagots de divers branchages, des tiges de bambou ou autres tiges creuses, sont empilés à l'arrière de la cabane, à l'abri du toit.

La façade vivante apporte l'isolation thermique en été et abrite aussi les auxiliaires. Les papillons et les abeilles viennent la butiner. Libre à chacun de se laisser envahir ou de recéper cette deuxième peau ! 

Saules : Salix purpurea, S. alba vitellina, S. viminalis, saule noir de Vilaine, «grisette de Touraine» ...

 

3 / Choix des matériaux

a : matériaux :

L'ossature est en planches de bois, pin Douglas français. La planche de dimension 200 x 15 x 2.2 cm est l'élément de base dont sont constituées les quatre parois de l'abri et le toit végétalisé. Une cinquantaine d'éléments sont nécessaires pour les parois, 18 pour le toit dont six devront être sciées pour épouser le biais et 5 pour la porte.

Les bandeaux de lumière sont constitués de bouteilles d'eau vides enfilées sur un fil d'acier et emboitées les une dans les autres. Du plastique bulle ou autre est fixé sur la face intérieure de l'abri pour assurer l'étanchéité des ouvertures.

Le plancher est en palettes de bois récupérées (x12) aux dimensions standards : 800*600*12,6 cm

Une bâche de récupération permettant d'étanchéifier le toit est fixée aux rebords de ce dernier.

Des vis, des équerres renforcées 105*105*90 mm (x4) pour la fixation des poteaux biseautés, des ancres sur platine 91*91*150 mm (x3) pour les autres. Des poteaux en bois 0,90*0,90*2.40 m (x5) dont deux seront biseautés.

 

b : budget - Coût global : +/ - 300 € TTC

Réalisation

Collège Franco-Britanique, Cité Internationale Universitaire de Paris (Projet d'étude 2009)

Autres images de ce projet :

Vers le parc paysager
Ecran végétal : Glycine sur support acier Corten
Coupe sud/nord sur amphithéatre
Coupe ouest/est sur amphithéatre
Salle des graminées

Parc BALBY à Versailles (Projet d'étude 2008)

Plan masse

Collège Franco-Britanique, CIUP

Pierre Sébastien Kuntzman (2009)

Potager du Roi

Pierre Sébastien Kuntzman (2008)